fbpx

Lexique et petites histoires sur les matières

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

Acajou

Nom usuel désignant un ensemble d’arbres tropicaux de la famille des Méliacées. On distingue deux espèces principales, soit les acajous d’Afrique et ceux d’Amérique centrale et du Sud. Sa couleur, toujours homogène et d’un grain fin, va du rose pâle au rouge. Il est cité la première fois en France en 1724, sous le nom de mahogani, appellation qu’utilisent d’ailleurs les Anglo-saxons. Il s’agit d’un bois précieux utilisé en ébénisterie, en marqueterie. En lutherie, il est utilisé pour les manches et le corps des instruments, notamment des guitares. Il est recherché aussi pour le modélisme naval, bateaux statiques ou télécommandés. En raison d’une exploitation illégale, certaines espèces d’acajous ont complètement disparu des forêts du Mexique, d’Amérique centrale et des Caraïbes.

Acier

Alliage de fer et de carbone qui est devenu incontournable avec l’arrivée de l’ère industrielle soit dès la seconde moitié du XIXe siècle. Une fois trempé, cet alliage devient plus dur que le fer et possède une meilleure résistance à la rupture. Ce dernier reste cependant un métal d’artisan alors que l’acier est le produit de base d’une production en séries, de masse. Il est à la base du concept de « mobilier industriel » qui va peu à peu submerger le monde occidental. L’ajout d’autres matières telles que le chrome, le nickel peuvent encore modifier sa structure en créant des aciers pour des usages spécifiques. Un alliage proche de l’acier est la fonte qui se distingue par un enrichissement en carbone. C’est également un alliage produit par la sidérurgie pour une production industrielle de masse.

Aluminium

Métal de couleur argent, très malléable, de faible densité et doté d’une résistance remarquable à l’oxydation, à la corrosion. Son nom est dérivé du latin alumen. Il s’agit du métal le plus courant de l’écorce terrestre et du troisième élément le plus abondant après l’oxygène et le silicium. On ne le rencontre cependant pas à l’état natif mais sous diverses formes combinées avec plus de 270 minéraux. Son minerai de base est la bauxite où il apparait sous la forme d’oxyde hydraté dont on extrait l’alumine. Ses qualités associées à une remarquable légèreté en font une matière recherchée pour des applications tant artisanales qu’industrielles. On le retrouve ainsi, sous sa forme pure ou en alliage, dans la production aéronautique, navale et toute application touchant aux déplacements terrestres, aux voyages. C’est au milieu du XIXe siècle que l’aluminium va connaitre une grande notoriété. Il est recherché pour la fabrication de couverts, de bijoux et son coût élevé de production lui confère une rareté semblable à l’or. Il est alors beaucoup plus recherché que le vermeil. C’est le procédé de l’électrolyse qui apportera une production de masse, le reléguant ainsi au statut des métaux pauvres.  

Ambre

Résine végétale nommée ambre de la Baltique constituée au fil du temps par la fossilisation de conifères commencée il y a plus de 40 millions d’années. C’est les cotes de la mer Baltique qui sont riches en ces substances très recherchées en raison de leur éclat mordoré, leur couleur de miel. C’est aussi une matière facile à sculpter par les artisans permettant de faire des boîtes précieuses, des coffrets, des manches de couteaux. La réalisation la plus remarquable était la Chambre d’Ambre, offerte par le roi de Prusse au tsar Pierre le Grand en 1716. D’une surface de plus de 55 mètres carrés, elle avait nécessité plus de six tonnes d’ambre. Elle fut volée par les Nazis en 1941 et jamais on ne retrouva sa trace. Une reconstitution à l’identique fut inaugurée en 2003 après trente années d’un méticuleux travail. Il faut enfin mentionner l’ambre gris qui est une concrétion intestinale du cachalot que l’on retrouve au gré des flots. Ce cétacé géant, grand amateur de calmars, rejettent par les voies naturelles les becs coupants de ces céphalopodes après les avoir métabolisés enduits de ses sécrétions biliaires. Cette substance est très recherchée dans la création des parfums les plus réputés dont ceux de la maison Guerlain.  

Ardoise

Roche appartenant à la famille des schistes et qui se distingue par un grain fin et sa faculté de fissibilité. C’est un matériau de couverture de premier choix et de grande résistance. Sa teinte va du blanc au noir en passant par toutes les nuances de gris. L’exploitation de gisements remonte avant le XIIe siècle dans les Ardennes. C’est cependant en Anjou que les mines ardoisières seront les plus importantes de France au XIXe siècle. La production atteindra son pic en 1905. En raison de ses qualités de résistance au feu et de solidité, l’ardoise était utilisée comme centre de table monté sur un plateau en bois. Beaucoup de mines ont fermé durant ces quarante dernières années même si des bassins ardoisiers subsistent encore en Bretagne, en Corrèze et en Haute-Savoie, à Morzine où se trouve la vallée des Ardoisières sur le chemin d’Avoriaz.

Argent

Métal précieux, blanc, brillant et malléable connu par les Grandes Civilisations de l’Antiquité, il est utilisé depuis 4000 ans avant notre ère, principalement pour la frappe de monnaies et en bijouterie. Il est dédié à la Lune et sa déesse tutélaire est Artémis. Son nom français est dérivé du grec argyros et du latin argentum. En raison de sa malléabilité, il est utilisé en bijouterie et en joaillerie allié à de faibles quantités de cuivre soit 92,5% d’argent correspondant au poinçon 925 qui est appelé argent fin. L’argent ordinaire reçoit un poinçon 800 en France. En orfèvrerie, on distingue l’argent massif et l’argent utilisé comme métal de recouvrement qui est nommé métal argenté. Pour étudier les poinçons d’argent des pays du monde entier, il convient de se référer au livre de Tardy qui est la « bible » sur ce sujet.

B

Bakelite

Il s’agit d’une matière de la classe des phénoplastes dont la nomenclature chimique est un mot de trente caractères ! C’est le premier plastique obtenu de polymères synthétiques du benzène. Sa production initiale se situe entre 1907 – 1909 par le chimiste belge Leo Baekeland. Son nom est donc dérivé de celui de son génial inventeur de papa ! La bakélite a été utilisée jusqu’en 1950 pour ses propriétés isolantes et thermorésistantes. Ainsi fut décliné les habillages de postes de radio, les boîtiers, les petits objets du quotidien. En 1978, Serge Gainsbourg, dans sa chanson « Sea, Sex and Sun », tentera un retour de ce phénoplaste : Tes petits seins de bakélite, qui s’agitent. Aujourd’hui, les objets en bakélite sont recherchés des collectionneurs en raison de leur caractère « rétro ».

Béton

Agglomérat de matériaux d’origine minérale composé d’un liant (argile, bitume, ciment) et de matières inertes dites agrégats (graviers, sables). Cet ensemble mêlé à de l’eau produit une pâte plus ou moins homogène selon les ingrédients et les proportions choisis. Avec l’argile, on parle de pisé ou torchis, soit le béton le plus ancien produit et appelé à ce jour béton de terre. Si le liant choisi est le ciment, on parle d’un béton de ciment. Si l’agrégat est composé de sable avec un liant hydraulique, il s’agit de mortier. Un liant de bitume conduit à la fabrication d’un béton bitumineux. Au niveau de son application, le béton peut être soit coulé, soit moulé. Le béton coulé sur chantier est un matériau de construction qui doit faire prise et se solidifier en séchant. Associé à des filins d’acier, il permet d’obtenir le béton armé. Mêlé à des fibres, on parle de béton fibré. Dans le cas du béton moulé, on parle de pierre artificielle qui est donc moulé en atelier et peut être utilisé dans la création artistique.

Bronze

Alliage de cuivre et d’étain connu depuis près de 2500 ans avant notre ère, période connue sous la dénomination d’Âge du Bronze. Le bronze servait à la fabrication d’outils, d’armes, d’instruments de musique et d’armures. Grâce à son aptitude à se fondre, on l’utilise dès l’Antiquité pour réaliser des statues, des monnaies. Sa corrosion à l’eau est cependant une entrave à son emploi dans le secteur de la marine. Il retrouve dès la Renaissance une seconde vie, artistique celle-ci, pour des sculptures de personnages et aussi d’animaux. C’est cependant le XIXe siècle qui sera l’âge d’or du bronze animalier. À Vienne, vers 1900 c’est l’apparition de bronzes peints représentant les animaux de la ferme, du zoo. Ce sont des jouets créés pour l’archiduc d’Autriche. Par bronze, on désigne aujourd’hui une œuvre sculptée de cet alliage. Au XXe siècle, on l’utilise qu’à des fins artistiques pour la décoration et la création de sculptures, de meubles dont les œuvres des frères Alberto et Diego Giacometti

C

Céramique

Matière à base d’argile et mélangée à d’autres composants minéraux qui est mise en forme puis soumise à haute chaleur. Cela permet la production d’objets pour les besoins ménagers et quotidiens. On distingue cependant la céramique d’art qui est une création artistique permettant de concevoir des sculptures, des figurines, des vases, des urnes et de la vaisselle. La céramique d’art est connue depuis plus de 2000 ans de cultures disparues comme celle des Nok en Afrique noire, les Crétois, les Perses, les Mayas et d’autres peuples de notre planète. L’art de la céramique exclu les composants métalliques et exclu ainsi l’art du verre et celui de la mosaïque. L’Asie a aussi développé une céramique d’art de haute qualité, principalement en Chine, en Corée et au Japon. La dénomination de céramique est aussi une définition générique. On peut ainsi distinguer différents familles selon les éléments minéraux utilisés et associés à l’argile, le type et le degré de cuisson, soit : la faïence, le grès, la porcelaine. La faïence est une céramique en terre cuite, pouvant être parfois émaillée, parfois vernissée. Elle est poreuse et donc perméable aux liquides tels l’eau, le vin et l’huile. Sa composition est faite d’argile mélangée à du quartz et du feldspath. Elle nous est connue en Europe dès le XVIIIe siècle. On distingue la faïence fine ou terre de pipe dont les Hollandais fabriquaient des pipes déjà au XVIIe siècle. C’est Josiah Wedgwood qui développera durant le XVIIIe siècle, la faïence fine en Angleterre de façon industrielle et qui sera nommée creamware. Le grès est fabriqué de matières silico-argileuses cuites à des températures de plus de 1200° celsius. Il s’agit d’une matière non poreuse, pouvant être émaillée, permettant ainsi la conservation des liquides. C’est une matière très dure que les Anglo-saxons désignent sous le nom de « stoneware » littéralement matière de pierre. En Chine, les grès sont d’un grand raffinement sous les Han, (200 après notre ère) et surtout sous les Song (650-1250 après notre ère) que l’on nomme céladons. La porcelaine est une céramique constituée de kaolin et cuite à très haute température (1200°-1400° celsius). Il s’agit d’une matière à la fois, translucide, légère, résistante et d’une blancheur incomparable.

Cerisier

Nom générique regroupant plusieurs espèces d’arbres du genre Prunus. Il s’agit soit d’arbres fruitiers donnant des cerises, soit des arbres ornementaux originaires de Chine et du Japon cultivés uniquement pour leurs fleurs. L’origine du mot nous vient de la ville grecque antique de Kerasos qui se transforma en latin ceresia. Les différentes espèces de cerisiers à fruits sont connues depuis l’Antiquité, en Grèce puis l’Empire romain. On les retrouve dans le Caucase, en Anatolie ainsi qu’en Chine. C’est un bois très utilisé en menuiserie pour la fabrication de meubles, sièges et tout objet artisanal en bois. Il est aussi possible de le graver, le sculpter, le tourner. Son aspect allant sur des tons chauds faits d’ocres et de rouge en fait une matière recherchée pour l’ambiance qu’il confère.    

Chêne

Famille d’arbres appartenant au genre Quercus dont l’aire de répartition est tout l’hémisphère nord depuis les latitudes froides jusqu’à des zones tropicales des Amériques et de l’Asie. On distingue des espèces à feuilles caduques et d’autres à feuillage persistant. Le genre Quercus comprend près de 600 espèces en incluant celles hybrides. C’est un arbre qui possède de remarquables qualités d’adaptation lui permettant de se développer tant en Europe, qu’en Californie et en Afrique du Nord. Il a une croissance lente lui assurant ainsi une longévité d’au moins 500 ans et mille ans si on le laisse vivre en paix. C’est l’arbre le plus représenté dans les forêts de France dont les plus renommées sont celles de l’Allier et du Limousin. Les arbres de ces régions produisent des qualités de bois, riches en tanins, utilisées en tonnellerie qui permettront ultérieurement la vinification et le vieillissement des meilleurs crus. Il s’agit d’un bois dur et dense à la fois utilisé en menuiserie et ébénisterie. C’est aussi le bois utilisé pour la fabrication de charpentes de grands édifices et de vaisseaux dès le XVIIe siècle pour les voyages au long cours. Il était connu des Gaulois et des Romains qui l’utilisaient chacun à leur manière. En Sicile, à cette époque, il y avait des forêts de chênes dites chênaies qui servaient à la construction des galères impériales. Afin de protéger le chêne des ardeurs du soleil, il avait un pin parasol comme voisin qui lui assurait un air doux salutaire.

Chrome

Métal de la famille dite des métaux de transition appartenant au groupe où l’on retrouve aussi le tungstène, le molybdène. Il est connu dans l’Antiquité sous le nom grec étymon, puis en latin chroma signifiant couleur. Cela tient à ses composants variés lui conférant une palette chromatique allant de l’orange au carmin en passant par le vert. Ce métal était cependant connu en Chine archaïque il y a plus de 2 000 ans. Proche de la ville impériale de Xi’an, on a retrouvé dans des tombes des pointes de flèches et des épées en bronze sans corrosion en raison de leur placage en chrome. C’est au XVIIIe siècle qu’il est identifié en Occident par Johann Gottlob Lehmann, minéralogiste à Saint-Pétersbourg, qui le nomma plomb rouge de Sibérie. Il s’agissait d’un minerai, provenant des montagnes de l’Oural, composé de plomb, de sélénium et de fer. On le classera plus tard sous le nom de chromate de plomb. Dès 1770, il est utilisé comme pigment dans l’art pictural sous le nom de plomb rouge sibérien. Au milieu du XIXe siècle, le sulfate de chrome offre un tannage plus aisé des cuirs et une meilleure imperméabilité. C’est cependant dans les années 1920 qu’il devient incontournable comme élément de protection et de décoration. Par le procédé de la galvanoplastie, on le retrouve dans toutes les applications allant de la production automobile, aux meubles, aux robots électro-ménagers et aux jouets.

Corail rouge

Animal pluricellulaire de l’ordre des Gorgones et de la famille des Coralliidés à squelette calcaire de couleur rouge orangé. On le trouve en Mer Méditerranée et même en Atlantique nord où sa présence est avérée. C’est cependant dans les mers du Sud que l’on trouve les spécimens les plus spectaculaires et les plus colorés. Les coraux forment des colonies arborescentes ramifiées pouvant atteindre jusqu’à un mètre de longueur. En raison d’une exploitation systématique, la taille de colonies à ce jour ne dépasse pas les vingt centimètres. Sa lente croissance est de l’ordre de 2 à 8 millimètres par an. La couleur de base est le rouge mais on trouve également des coraux roses et même blancs. Il se collecte à des profondeurs de 40 mètres bien qu’en raison de sa raréfaction on doit maintenant atteindre des profondeurs allant de 150 à 200 mètres. Il est connu en joaillerie et en bijouterie depuis l’Antiquité où il était considéré comme l’or rouge de Méditerranée. À la Renaissance, c’est une matière prisée pour la confection de sculptures ou pour décorer de précieux objets notamment ceux du culte. Aujourd’hui, les meilleures qualités proviennent des mers du Sud en raison de leur éclat et de leur dureté. Il faut cependant signaler la production de coraux rouges artificiels en provenance de Chine et écoulés par des filières de pays du Sud-est asiatique.

Corozo

La noix de corozo ou tagua en espagnol est appelée ivoire végétal. Il s’agit de l’albumen (graine) du fruit du palmier à ivoire. On trouve ces palmiers en Afrique de l’espèce Hyphaene et en Amérique du Sud pour l’espèce Phytelephas. Les fruits, pouvant atteindre un diamètre de 25 cm, ont une première coquille dure qui se détache vite puis une seconde enveloppe collante autour de la graine. Le fruit de ces palmiers contient un lait sucré très apprécié des autochtones. En durcissant, l’albumen se transforme en ivoire végétal. Vers 1798, les Espagnols sont les premiers à décrire ce palmier dont les Indiens utilisent le fruit pour confectionner des bijoux et de petits objets. Un palmier peut produire par an jusqu’à 20 kilogrammes de graines soit un poids très appréciable en le comparant à des défenses d’éléphant. On comprend mieux l’allusion pachydermique qui nomme le palmier africain d’éléphant végétal. Arrivées en Europe, ces graines servent à la fabrication de boîtes, tabatières, statuettes et boutons. Le développement des matières plastiques va cependant provoquer son déclin amplifié encore par la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, on utilise l’ivoire végétal pour les touches de piano, la bijouterie et la coutellerie. Avec le temps, cette matière prend une belle patine aux couleurs allant de l’ambre au cognac.

Cristal de roche

Elément minéral de quartz de type hyalin c’est-à-dire ayant la propriété d’être totalement transparent. Lorsqu’il n’est que translucide, on distingue diverses dénominations. Si le minéral est totalement opaque, il s’agit d’améthystes de couleur allant du violet au pourpre. Elles ont la même densité, la même dureté ainsi que la double-réfraction du cristal. L’âge d’or de créations d’aiguières, coupes, vases en cristal de roche remonte aux XVIe et XVIIe siècles. La plupart était des œuvres d’ateliers d’orfèvres de Milan. Le cardinal Armand de Richelieu était un fervent collectionneur, puis le roi Louis XIV dont la collection de gemmes est à ce jour au musée du Louvre.

Cuir

Matière traitée à partir de la peau d’un animal. Si son usage, dès la Préhistoire, a été dévolu à l’habillement, on le retrouve aujourd’hui dans la décoration et la création d’objets allant de la maroquinerie de luxe, à la ganterie et à ceux du quotidien. Les peaux sont préparées par des tanneries et des mégisseries qui assurent traitement et conservation. En Europe, on a utilisé la peau des grands mammifères comme le bœuf, le porc et réalisé, dès la Renaissance, des reliures remarquables pour de précieux manuscrits. Aujourd’hui, on traite toutes les peaux de bovins, d’équidés, d’ovins, de caprins, de cervidés et de porcins. Dès le XXe siècle, un vent d’exotisme a mis à la mode, pour leur plus grand malheur, la peau d’animaux des antipodes : le pécari, l’autruche et celles des crocodiles, lézards, boas et pythons. Le monde marin n’est pas épargné avec raies et requins servant à produire le fameux galuchat. Malgré cela, le cuir est imité donnant naissance au skaï, un simili produit à partir de plastique.

Cuivre

Métal appartenant, selon le tableau périodique des éléments, à la même famille que l’or et l’argent. Il n’a pas l’éclat ni de l’un, ni de l’autre mais on lui attribue cependant le titre de métal semi-précieux. Il a un éclat métallique rose saumoné qui lui vaut l’appellation de métal rouge. Il est certainement le métal le plus ancien extrait par l’homme. Des traces de fusion du cuivre dans des fours datant de près de 7000 ans ont été mises à jour sur des sites archéologiques en Iran. Il est dédié aux artistes et sa déesse tutélaire est Aphrodite, celle de la beauté. Allié à l’étain, il donne naissance au bronze, véritable révolution technologique. Il s’agit d’un métal très apprécié en bijouterie et en joaillerie où on l’utilise en montures ou supports d’émaux, de gemmes et de pierres précieuses. Métal ductile, il a de remarquables facultés de conductivité électrique et également thermique. Jusqu’en 1900, il est le métal choisi pour les ustensiles de l’âtre et des fourneaux même si aujourd’hui les « cuivres » n’ont qu’une fonction décorative. Au XXe siècle, on trouve des sculptures en cuivre mis en forme, étamé, gravé sur une âme en bois. Cela est rendu possible grâce à la qualité de malléabilité de ce métal.

E

Ebène

Nom féminin donné au bois de cœur produit par plusieurs espèces d’arbres de la famille des Ebenacées, appelés aussi ébéniers. L’arbre à environ les dimensions d’un chêne soit entre 25 et 30 mètres de hauteur. On le trouve dans les régions tropicales de l’Ancien Monde où il est connu depuis la Haute Antiquité. L’ébène se caractérise par une couleur presque noire et une forte densité. Son nom provient du latin ebenus lui-même dérivé du grec ebenos qui est d’origine égyptienne et désignait, au temps de l’Egypte Ancienne, ce bois utilisé pour la confection de statuettes de divinités et d’objets de culte. Il s’agit d’un bois précieux au grain très fin et se prêtant au polissage lui conférant ainsi un aspect scintillant. L’ébène sera utilisée en Europe dès le XIIe siècle pour la fabrication de coffrets, manches de couteaux, figurines de jeux d’échecs. Au XVIIe siècle, elle sera débitée en fines plaques pour la décoration de cabinets, commodes richement ornés de marqueterie. L’ébène est, par contraste, souvent associée au travail de l’ivoire. Elle est enfin utilisée à ce jour dans la réalisation d’instruments de musique à vent comme la flûte à bec, la clarinette et le hautbois.

F

Fer

Métal blanc, dur et malléable à la fois. Il est très abondant, le noyau terrestre en étant principalement constitué. Il est connu des hommes dès 1200 ans avant notre ère et donne naissance à l’Âge du Fer. Plus résistant et moins corrosif que le bronze, il le supplante pour la fabrication des épées, glaives et armures. Sa planète est Mars tout comme son dieu éponyme, celui de la guerre. Dès le XVe siècle, on note en Europe l’apparition d’un artisanat de très haute qualité pour réaliser en fer forgé, coffres, armes blanches, objets du quotidien, de la chasse, des arts décoratifs. Dès la fin du XVIIIe siècle, on trouve aussi le fer étamé pour la production de boîtes à épices, coffrets. A ce jour, le fer reste une matière d’artisan qui à céder à l’acier et à la fonte la production de masse.

Fibre de verre

Filament de verre qui donne son nom à tous les matériaux composites renforcés par cette fibre. Elle fut brevetée en 1930 et révolutionna l’industrie verrière même si son utilisation à ce jour est plus large. La fibre de verre a des propriétés intéressantes à bien des égards. Sur le plan économique, son prix est très compétitif dû pour une part à sa fabrication en séries. Sa matière est un allègement du poids de sa structure en comparaison avec le verre, l’acier soit 30% par rapport à ce métal. Parmi d’autres propriétés, on peut mentionner sa résistance aux chocs, sa capacité d’isolation. Ses applications sont multiples et souvent associées à des plastiques pour fabriquer des voiles, des tissus pour l’aéronautique, des moustiquaires, des grilles pour renforcer les ciments, les bitumes. Son application dans le domaine des sports et des loisirs est importante pour fabriquer des perches pour l’athlétisme, des skis et des skates, des planches de surf, des bateaux. Son utilisation dans la création artistique, parfois associée avec des résines, est possible mais garde un aspect production de série et bon marché.

Formica

Ce mélaminé est un produit stratifié, à base de résine synthétique, thermorésistant. Il a été inventé aux Etats-Unis au début du XXe siècle. Dès 1930, il fait son entrée dans le monde de la décoration d’intérieur et plus particulièrement celui de la cuisine familiale où il se décline sous toutes les formes de mobilier. Grâce à ses qualités pratiques et d’un entretien facile il obtient un succès sans précédent. Il arrive en France avec les GI’s, et débarque avec d’autres stars de l’époque telles les blondes américaines, les bas en nylon et le chewing-gum.       

G

Galuchat

C’est un cuir de poisson cartilagineux (raie ou requin) utilisé dès le VIIIe siècle au Japon pour gainer des objets ; en Europe, il est cité dès le XVIe siècle pour couvrir des poignées de dagues et d’épées. Il tient son nom à son inventeur : Jean Claude Galluchat, maître-gainier de la marquise de Pompadour pour laquelle il confectionnait de petits objets. Il mourut en 1774, la même année que son roi, Louis XV. Si la seconde moitié du XVIIIe siècle fut son heure de gloire, on redécouvrit le galuchat vers 1930. Aujourd’hui il reste toujours une matière très prisée pour créer des accessoires en raison de son élégance à la fois chic et sobre.

I

Ivoire

Matière dure, de couleur blanche, étant le constituant principal des dents et des défenses d’animaux. On distingue l’ivoire terrestre provenant des éléphants d’Afrique et d’Asie, de l’hippopotame, du phacochère et l’ivoire marin produit par le cachalot, le morse et le narval. L’homme grave et sculpte l’ivoire depuis la Préhistoire, se procurant ainsi armes, outils et bijoux, tous ces objets bien conservés nous sont parvenus. Depuis la Renaissance, cette matière est utilisée pour les objets du quotidien : boutons, éventails, manches de couverts, figurines de jeux, boules de billard, touches de piano, reliures de livres précieux. A ce jour, l’industrialisation d’un artisanat de masse, de Chine notamment, a engendré le massacre et la disparition programmée d’espèces animales dont l’éléphant d’Afrique victime d’un braconnage éhonté. Concernant l’ivoire marin, les dents de cachalot, autrefois gravées par les marins, sont nommées scrimshaw. Il existe au XXIe siècle des faux grossiers gravés avec des molettes de dentiste ! Enfin, la dent hypertrophiée du narval est la fameuse licorne du bestiaire remontant au Moyen Âge. Pour l’amateur d’un cabinet de curiosités, elle doit atteindre une longueur de plus de deux mètres pour y avoir sa place.

L

Laine

Matières d’origine animale, pour la plupart, constituées à partir des fibres de kératine des ovins permettant par tissage la production de textiles nommés lainages. La laine est un excellent isolant thermique. Sur une base légale, la laine provient de la toison du mouton. Pour d’autres espèces animales, le nom de la toison désigne souvent le type de « laine ». Ainsi, la chèvre angora produit la laine mohair ; le lapin angora, le lainage angora ; le cachemire provient de la chèvre dite du Cachemire ; l’alpaga nous vient d’une race de lama dite alpaga. On peut aussi trouver les laines d’animaux tels que le chameau, le guanaco, le yack. La laine est utilisée dans toutes les applications propres aux textiles soit les tricots, les vêtements de confection et chaussants, les tissus d’ameublement et de décoration, les tapis. Par extension, on désigne par le mot laine d’autres matières d’origine minérale, fibreuse ou obtenue par synthèse chimique, possédant des caractéristiques communes telles que l’aspect, l’isolation. On parle alors de laine de verre, laine de bois, laine de roche.

Laiton

Alliage jaune de cuivre et de zinc très malléable qui peut, selon l’utilisation recherchée contenir d’autres métaux tels l’étain, le plomb, le nickel. Cet alliage est connu depuis l’Antiquité et peut être avant. Il s’agit de l’alliage de cuivre le plus utilisé car il permet une production industrielle de masse. Il est présent dans la fabrication de pièces de fonderie, de mécanique, de la boulonnerie, de la robinetterie, de la serrurerie, de la quincaillerie. On le retrouve cependant dans les instruments de précision, les pièces d’horlogerie, les instruments de musique et comme éléments de décoration pour des ustensiles, des objets d’art. Il a aussi sa place dans l’armement avec la fabrication de douilles pour les armes à feu allant de la balle du fusil à l’obus d’artillerie. On l’utilise aussi à la frappe de monnaies de petite valeur faciale. En raison de sa bonne résistance à la corrosion, les Anglais, qui avaient la maîtrise des océans, l’ont utilisé pour leurs instruments de navigation, d’observation et de menus objets d’un usage quotidien.

M

Marbre

Roche métamorphique dérivée du calcaire et constituée en majeure partie de cristaux de calcite. Il s’agit d’une pierre non poreuse et imperméable, très dure et difficile à tailler. On compte une large variété de coloris et de veinages en polychromie bien que la calcite soit blanche. Autrefois, certaines roches polies ont été appelées marbres à tort, telles les granites et les porphyres qui sont des roches magmatiques silicatées. Le marbre doit son nom au latin marmor, lui-même dérivé du grec marmaros. Car c’est bien depuis la Haute Antiquité que le marbre est considéré comme une matière précieuse dont il a été sculpté, voici 2 700 ans avant notre ère, des idoles aux traits épurés par la Civilisation des Cyclades. Il s’en suivi des bâtiments, des temples, de l’art statuaire et des tombeaux, tous de marbre. Puis, les Romains développèrent les méthodes d’extraction et de transformation de la matière brute. Le marbre faisait désormais partie des trésors de guerre que rapportent les généraux victorieux au même titre que les métaux précieux et les épices les plus rares. Après les marbres antiques, suivirent les marbres modernes. Après l’Acropole d’Athènes vint la ville de Rome, les cathédrales de Florence, de Pise et Sienne et le David de Michel Ange pour ne citer que quelques chefs-d’œuvre. Car les marbres les plus beaux, les plus convoités sont extraits des carrières de Carrare en Toscane.

N

Noyer

Genre d’arbres appartenant à la famille des Juglandacées originaires de l’hémisphère nord. Il tire son nom du latin Jovis glans qui selon Pline l’Ancien le nomme, dans son Histoire Naturelle, « Gland de Jupiter ». Il s’agit d’un arbre de grande taille, à feuilles caduques et d’une croissance lente. Il recherche particulièrement les terres bien irriguées étant sujet au stress hydrique. Après 50 ans de vie, le noyer fourni un bois d’excellente qualité. Cet arbre est réputé pour empêcher la croissance d’autres plantes et arbuste dans son voisinage. De plus, la superstition populaire dit que celui qui se couche sous un noyer sera visité par le diable. Le tronc du noyer serai le siège des sorcières et l’on évitera donc d’y sculpter des statues à caractère sacré. Cela n’a pas empêché les hommes, dès le Moyen Âge, d’utiliser son bois, dur et dense, pour la fabrication de meubles, de sièges et de sabots. Le brou de sa noix est utilisé comme encre ou teinture pour les cuirs, les écorces, les étoffes. Aujourd’hui son bois de qualité est utilisé pour façonner les crosses de pistolets et de fusils de chasse de haute gamme.  

O

Opaline

Verre ou cristal rendu opaque par l’adjonction de substances organiques ou chimiques. Au XVIe siècle, on obtenait un ton opalescent en ajoutant des cendres d’os et de corne. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, parmi les verres opalins, les blancs de lait tentaient à reproduire la porcelaine de Chine. Au nombre des centres de production en Europe, on peut mentionner Venise et son centre verrier de Murano, la France, les Etats allemands et la Bohème. Au Siècle des lumières, les produits organiques seront remplacés par l’oxyde d’étain. C’est avec le style Charles X (1830) que les opalines connaitront un succès considérable, amplifié encore par la lune opaline chère à Cyrano de Bergerac, la plus célèbre pièce de théâtre d’Edmond Rostand.

Or

Métal précieux et noble, pure et dense et facile à travailler même à la main. Son éclat formidable fait de lui une émanation de l’astre donnant la vie, le soleil, astre auquel il est toujours associé dans les cultes des anciennes civilisations. Son nom est dérivé du latin aurum mais il est connu des hommes depuis fort longtemps. Les plus anciens objets en or mis à jour, dans la nécropole de Varna en Bulgarie, datent du milieu du Ve millénaire avant notre ère. Dès l’Âge du Bronze, on produit des diadèmes, des bracelets, de la vaisselle en or qui sont à la fois des objets de prestige et de culte. Depuis l’Antiquité, l’or a toujours fasciné l’homme qui en fait, sous forme de couronne, tiare, sceptre, soit un objet de pouvoir, soit sous forme de monnaies une unité de compte. De l’Egypte Ancienne aux Temps Modernes, l’attrait pour l’or ne tari pas au point que les souverains frapperont des monnaies à leurs profils que l’on nommera Louis, Napoléon en France. Dès la Renaissance, l’or est l’occasion de créer des pièces de bijouterie et d’orfèvrerie qui évolueront au fil des siècles et selon les goûts du moment et les inventions technologique telles que l’horlogerie. Aujourd’hui, l’or reste le métal précieux des puissants et se décline désormais en or gris, or rose

Os

Tissu conjonctif solidifié que l’on retrouve chez de nombreux animaux ainsi que chez l’homme. L’ensemble des os d’un spécimen forme le squelette ou système osseux. L’os est une matière à la fois légère, souple et solide. Chez les oiseaux, ils sont encore allégés et contiennent de l’air. Dans le règne animal et en un milieu déterminé, des évolutions du squelette ont contribué à l’apparition et à la constitution de carapaces, de coquilles. Dès la Préhistoire, les os humains et d’animaux ont été utilisés par toutes les civilisations et à des usages variés : constructions d’habitats avec les os du mammouth, de la baleine ; bijoux, objets utilitaires, flûtes, dagues. Dès la fin du Moyen Âge, il sert à la réalisation de coffrets précieux, de reliquaires. D’un coût modéré, il est aussi un substitut à l’ivoire avec lequel il est parfois confondu. Il n’en a cependant pas la densité, le poids et à l’observation, il conserve dans le grain de sa matière des points et traits fins rappelant qu’il s’agit d’un tissu vascularisé. De nos jours, l’os sert en coutellerie, et à des fins pédagogiques pour l’enseignement de la médecine, de l’anatomie. Au niveau de la symbolique, le crâne humain et de certains animaux fut aussi un objet de culte et de rituels.

Osier

C’est la matière de base de la vannerie et elle provient de la coupe annuelle en hiver des jeunes pousses du saule, arbre provenant des pays du Nord de l’Europe. On distingue l’osier vert, frais après la coupe qui est utilisé notamment pour le palissage des vignes ; l’osier blanc qui est obtenu après dépouillement de son écorce ; l’osier buff qui est obtenu par l’enlèvement de l’écorce après cuisson dans l’eau bouillante. Enfin, l’osier brut est de l’osier vert, qui après 2 à 3 mois de dessiccation, va lui permettre une longue période de conservation. Après 8 jours de trempage dans de l’eau, il retrouve sa souplesse permettant de le tresser. Cette technique permet ainsi de conserver les couleurs d’origine des écorces des différentes variétés allant du jaune, au rouge, au vert bleuté, au brun et au noir.

P

Palissandre

Verre ou cristal rendu opaque par l’adjonction de substances organiques ou chimiques. Au XVIe siècle, on obtenait un ton opalescent en ajoutant des cendres d’os et de corne. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, parmi les verres opalins, les blancs de lait tentaient à reproduire la porcelaine de Chine. Au nombre des centres de production en Europe, on peut mentionner Venise et son centre verrier de Murano, la France, les Etats allemands et la Bohème. Au Siècle des lumières, les produits organiques seront remplacés par l’oxyde d’étain. C’est avec le style Charles X (1830) que les opalines connaitront un succès considérable, amplifié encore par la lune opaline chère à Cyrano de Bergerac, la plus célèbre pièce de théâtre d’Edmond Rostand.

Papier

Matière fabriquée principalement à partir de fibres de cellulose trempées dans l’eau, mises en suspension dans celle-ci, puis égouttées sur une surface plane. L’origine de son nom vient du latin papyrus. Son origine remonte au début de notre ère. Il s’agit du support de base pour l’écriture, les arts graphiques tels que le dessin et la peinture, l’impression de textes et de gravures et enfin l’emballage de tout objet afin de le protéger et le soustraire au regard. Cette invention va bouleverser la conservation des écrits qui jusque-là avaient comme supports le papyrus d’origine végétale ou le parchemin en peau animale. Avant notre ère, on utilisait tout support tels que stèle en pierre, tablettes en terre cuite, feuilles d’arbres, écorces, soie, bois et os. Le secret de la fabrication de papiers de qualité, enrichis de fils de soie notamment, est demeuré chinois et japonais jusqu’au VIIIe siècle de notre ère. Il arrivera dans le sud de l’Europe, en Andalousie avec les Arabes. Au XIVe siècle, sa présence est avérée à Troyes. Vers 1440, un nouveau pas important est franchi avec l’invention de l’imprimerie à caractères mobiles en Allemagne. Ce système apportera la diffusion et la vulgarisation du savoir jusque-là réservé aux élites d’alors. Dès le XVIIIe siècle, le papier va trouver une nouvelle application en tant qu’éléments de décoration pour orner les murs des palais moins austères que ceux des froids châteaux-forts. C’est le début d’une période florissante pour ce qui a été les ancêtres de nos papiers peints modernes.

Platine

Métal précieux, inaltérable, malléable et ductile du sous-groupe des métaux de transition comme le nickelet le palladium. Il était connu déjà des cultures du Néolithique et de celles de l’Amérique précolombienne. Ce sont les Conquistadors qui lui donne le nom de « platina » soit petit argent. C’est à cette époque qu’il est découvert sous sa forme native en Colombie. Ce métal n’a pas toujours jouit d’une grande réputation. Il fut ainsi considéré comme une impureté de l’argentet rejeté par crainte de fraude dans la frappe des pièces de monnaie en argent. Il est référencé en Europe pour la première fois en 1557 et décrit comme un métal venant des Indes occidentales situées entre le Panama et le Mexique. À cette époque, on l’utilise pour la fabrication d’ustensiles divers, de balles de fusils. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle qu’il sera étudié par des minéralogistes et des chimistes et considéré comme un métal à part entière. C’est le début de son application en bijouterie et en joaillerie, rôle qu’il a conservé avec éclat à ce jour.

Plexiglas

Polymère thermoplastique transparent obtenu par poly-addition dont le nom technique est le poly-méthacrylate de méthyle qui a heureusement une abréviation en PMMA. Ouf ! Ce polymère est connu et largement utilisé du grand public sous son nom commercial de Plexiglas. Il est cependant aussi commercialisé sous d’autres noms. Voici ses propriétés en rapport avec des utilisations artistiques telles que la sculpture et la création d’objets de design : Grande transparence et aspect à la fois limpide et brillant. Transmission lumineuse supérieure à celle du verre. Grande résistance aux conditions atmosphériques et à la corrosion. Enfin, il combine les avantages de deux concepts qui souvent s’opposent. Il allie à la fois la légèreté et la rigidité.

R

Rotin

Il s’agit d’un cousin éloigné de l’osier, tous deux appartenant au monde végétal. L’osier est le produit d’un arbre, le saule alors que le rotin provient d’une liane pouvant atteindre une longueur de 300 mètres de la famille des palmiers que l’on trouve en Afrique équatoriale et en Asie, principalement en Indonésie. Le rotin est moins fin que l’osier mais se prête, sous l’effet de la vapeur, à une mise en forme. On l’utilisera moins pour la confection de menus objets, de bagages et de paniers.  On le choisi ainsi à la réalisation de meubles, de lits, de vérandas et à l’ornement de jardins d’hiver.

S

Soie

Fibre naturelle d’origine animale utilisée pour la fabrication d’articles et d’objets textiles. Il s’agit d’une fibre protéique c’est-à-dire sécrétée par certains insectes dont la famille des araignées. Les tissus de soie sont issus du cocon produit par la chenille du papillon bombyx du mûrier (Bombix mori) pour la soie de culture. La soie sauvage provient quant à elle du ver à soie Tussah. Le procédé de fabrication remonte à 2500 ans avant notre ère et nous vient de la Chine par la fameuse « route de la soie ». La production est demeurée un secret jusqu’au sixième siècle en Europe. Un édit de l’empereur interdisait toute sortie de l’empire des précieux cocons sous peine de mort. La légende raconte qu’une princesse, promise à un prince étranger, cacha dans sa chevelure des cocons ne voulant pas se priver de la soie qu’elle adorait. C’est ainsi que la soie arriva en Inde. La production de soie est restée longtemps une énigme en Occident et Pline L’Ancien dans son Histoire Naturelle pensait que les Chinois récupéraient le fil à soie sur les feuilles des arbres. C’est au Moyen Âge que la soie arriva finalement en Europe. L’élevage des vers à soie est appelé sériciculture.

T

Teck

Arbre des zones tropicales de l’Asie appartenant à la famille des Verbenacées dont le nom est dérivé du malais Thekku. On distingue trois espèces distinctes soit le Teck d’Indochineoriginaire de l’Inde et que l’on retrouve en Malaisie, au Laos et en Thaïlande. Le Teck danatse rencontre en Birmanie et il est considéré comme celui offrant la meilleure qualité. Une troisième espèce, leTeck des Philippinesest comme le précédent très menacé de disparition de son habitat originel. En raison de ses qualités, il est cultivé de façon industrielle en Asie dès le XVIIe siècle et en Afrique et en Amérique du Sud dès le XXe siècle. C’est un arbre qui peut atteindre près de 30 mètres de hauteur. Le teck est un bois précieux, dur et imputrescible recommandé à ceux qui aiment la vie au grand air et au grand large. On l’utilise ainsi pour la fabrication de ponts de bateaux, de meubles de jardin, de vérandas, de jardins d’hiver. La couleur du bois varie de jaune pâle à bronze. C’est un bois mi-dur qui a la particularité de se travailler aisément. En raison de la protection dont il fait l’objet dans ses forêts natives en Asie, la production de teck offerte sur le marché n’est issue que de plantations créées par l’homme.

Turquoise

Gemme composée de phosphate hydraté de cuivre et d’aluminium. Elle fut connue à l’époque des Croisades à Constantinople et tient son nom de son pays d’origine, la Turquie. Le minerai proviendrait cependant de la Perse. Cette pierre a donné son nom à la couleur turquoise, une nuance de bleu agrémentée de reflets verts, semi-opaque et parfois translucide sur la périphérie. L’exploitation de gisements remonte à l’Ancien Empire égyptien. Il existe un seul gisement en Europe situé en France. On en retrouve dans le Nouveau Monde aux Etats-Unis d’Amérique et au Mexique.

V

Velours

Etoffe rase d’un côté et couverte de l’autre de poils dressés, très serrés et maintenus par les fils du tissu. Son nom est dérivé du latin vilosus. Il est tissé sur une machine à deux systèmes de chaînes dont la première constitue la structure alors que la seconde donne le velouté semblable à la peluche. Cette invention nous vient du Cachemire où on le nommait duvet de cygne. Il arrivera en Europe par la Perse. Le velours est utilisé dans la confection de vêtements et comme tissu d’ameublement et de décoration. On distingue différents velours selon le fil choisi, soit à base de coton pour donner un aspect doux, à base de soie pour un aspect brillant. On utilise aussi la laine, le chanvre et la jute. C’est une étoffe qui n’a pas d’ennemi tant on l’associe à des moments de plaisir et de petits bonheurs. Voici, en jouant sur le velours, une trilogie incontestée : La patte de velours du chat, les yeux de velours de la femme et enfin le Petit Jésus en culotte de velours, lorsque l’on déguste un grand vin soyeux à souhait, doté d’une rondeur remarquable et d’un velouté inouï en bouche.

Verre

Matière connue des plus brillantes civilisations de l’Antiquité telles que l’Egypte Ancienne, les Phéniciens, la Grèce Classique. Après la chute de Rome, il disparait avec les temps barbares, comme beaucoup d’inventions, et sera redécouvert par empirisme au Moyen Âge. Voici la définition que nous propose un spécialiste, selon la recette du moine Théophile vieille de huit siècles : «Si vous voulez faire du verre, prenez deux mesures de cendres de bois et une mesure de sable de rivière que vous aurez purgé de la terre et des cailloux qu’il contient ; mélangez le tout, chauffez longtemps à grand feu, et vous obtiendrez une pâte prête à être façonnée. Le verre est le produit de la transmutation du sablepar le feu. La silice, que l’on rencontre à forte dose dans certains sable, est le constituant principal du verre, c’est-à-dire l’élément vitrifiant ». Ses applications au cours des siècles sont multiples allant des objets courants de la vie, au vitrage en passant par tous les mouvements de la création artistique.

Z

Zinc

Métal connu depuis l’Antiquité dont le minerai était utilisé en alliage avec d’autres minerais dont le cuivreet l’étain. Cela a conduit à la réalisation de divers laitons, bronzes et airains. Homère cite ce composant du laiton et des bracelets à base de zinc ont été découverts sur l’Ile de Rhodes avec une datation du 5èmesiècle avant notre ère. Il est possible que l’origine du mot zinc provienne du terme persan zangâr qui signifie rouille ou vert-de-gris. On doit cependant au savant Paracelse, vers 1526, le nom latin de zincum. La production de zinc est avérée en Inde dès le XIIe siècle de notre ère et parviendra en Europe par les marchands arabes. On le désigne alors comme « étain des Indes ». Avec les navigateurs portugais puis hollandais, le développement de l’industrie du zinc est considérable en Europe durant les XVIIe et XVIIIe siècles. Le zinc devient avec les Anglais, au XIXe siècle, une industrie de masse. Dans la littérature, sous les plumes de Zola et Huysmans, il désigne la surface brillante et rousse des comptoirs de bars qui sont bien souvent en cuivre étamé.


© 2020 Be Vinsign - Tous droits réservés.